Naufrages (2005)

Le propos Les auteurs Distribution Représentations Photos Presse
Le propos

Unité de lieu… lieu d’unités

Affiche NaufragesLes deux oeuvres proposées par la Compagnie de la Cordée se déroulent certes dans un même lieu, un radeau de fortune perdu quelque part dans un océan lointain, mais l’unité de lieu n’est pas là le seul point commun entre les pièces de J.M. Ribes et S. Mrozek.

Survivre, à tout prix

Dans « Bataille navale », comédie épique écrite dans un long fou rire par Jean-Michel Ribes (avec Roland Topor, ne l’oublions pas !), le conflit humain naît d’une confrontation de classes sociales réunies improbablement dans une situation extrême où la survie de chacun des deux protagonistes dépend du bon vouloir de l’autre… et vice versa ! L’éternelle loi du plus fort est ici brimbalée au gré du récit… et de la houle, pour aboutir à un renversement de situation. Être “calife à la place du calife” est bien le leitmotiv qui anime le plus faible… tant qu’il est le plus faible : “mais finalement, c’est peut-être ça, la vie…”
Dans la seconde pièce, En pleine mer, démocratie et dictature s’affrontent. Mrozek y démonte avec un humour corrosif le mécanisme de la démagogie, l’évidente mauvaise foi d’élus qui ne pensent qu’à défendre leurs intérêts propres aux dépens de leurs concitoyens. Il dénonce le jeu des coalitions véreuses contre celui qu’on pourra dépecer (au sens propre du terme !) sans difficultés. Le “Petit” (la minorité faite homme !) sera ainsi acculé pour être dévoré jusqu’à ce qu’il finisse même par admettre sa flagrante(?) infériorité et, ainsi, le soi-disant bien-fondé de son sacrifice. Jusqu’où peut-on convaincre un innocent d’une culpabilité imaginaire ? « En pleine mer » souligne qu’au niveau individuel comme au niveau communautaire, l’homme doit lutter, résister, ne pas céder au “chantage au devoir”, ne jamais accepter à priori la volonté des dictateurs ou des dieux.
Ici, et seulement ici, nous pouvons en rire.

Le spectacle

Des hommes sur un radeau perdu en pleine mer après un naufrage… Un radeau comme l’espace ultime où se jouent les petits pouvoirs, où se trament les complots et se renversent les rôles. Pour avoir la meilleure place ou tout simplement pour… manger (ou se dévorer ?…) et prolonger un peu cette illusion d’exister. En ce même lieu, Jean-Michel Ribes et Slawomir Mrozek nous proposent sur le mode comique deux histoires surréalistes où l’homme révèle sa vanité et sa perfidie.
Il nous a paru évident de rapprocher ces deux textes d’auteurs contemporains dans un même spectacle en deux actes. Leur intention subversive, leur mode sarcastique, le surréalisme des relations des personnages, la complémentarité des propos de Ribes et de Mrozek, tout nous invitait à leur union pour que nous soyons les spectateurs amusés de cette folle dérive des pouvoirs .
Dans « Batailles », Jean-Michel Ribes met en situation deux êtres que tout oppose à priori. Le précieux Blandaimé domine du haut de sa plate-forme flottante le rustique serveur Plantin voué au « côté pourri » du radeau et de la vie, mais l’un et l’autre doivent tenter de s’unir pour lancer un hypothétique S.O.S. sur l’immensité océane. Le radeau est ici le territoire minimal où s’affrontent les classes pour la conquête d’un dérisoire pouvoir. Comme Ubu, Blandaimé est fou mais sa folie ne le sauvera pas de la décadence : un jour, les valets prennent la place des maîtres…
« En pleine mer » de Slawomir Mrozek nous propose la parabole d’une société à la dérive : il ne fait pas bon être le « petit » quand la disette sévit et que le fort s’unit au « moyen » pour assouvir sa faim. Toutes les ruses sont bonnes pour que le faible soit dévoré : tirage au sort truqué, pseudo consultation électorale, harcèlement moral, mensonges… jusqu’au sacrifice consenti par la victime après un biblique lavement de pieds.

Les auteurs

Jean-Michel RIBES

Jean-Michel RibesNé à Paris en 1946, Jean-Michel Ribes fait ses débuts au théâtre à l’âge de 12 ans dans Plouf le petit fantôme au Théâtre de la Cité internationale. wpb69e0219.jpg Il signe ensuite des spectacles tout au long de ses études jusqu’à sa maîtrise de lettres, où il décide de se lancer dans la carrière d’auteur dramatique et de metteur en scène. En 1966, il crée sa première troupe et devient auteur en 1979 avec Les Fraises musclées. Il continue parallèlement son travail de metteur en scène et signe aussi des films à succès et des séries télévisées comme Merci Bernard, Palace… avec Roland Topor, avec qui il écrit cette “Bataille navale”. Il est aujourd’hui directeur du théâtre du Rond-point des Champs-Élysées.

Slawomir MROZEK

Slawomir Mrozek est né en 1930 à Borzecin (Pologne). Après des études à la faculté d’architecture de Cracovie, il collabore à divers journaux, se fait remarquer par sesSlawomir Mrozek dessins humoristiques et publie, en 1953, ses premières nouvelles (L’Éléphant, prix de l’Humour noir, 1964, devenu la lecture obligée de milliers d’élèves polonais… ). wp0b6c8002_0f.jpg Sa première pièce, Les Policiers, est créée en 1959 à Varsovie. Elle est très vite interdite mais sera jouée en France et dans toute l’Europe. En 1963, Mrozek part en Italie, où il écrit Tango ; en 1968 il s’installe en France en tant que réfugié politique. Il y écrit une dizaine de pièces (créées par R. Blin, L. Terzieff, A. Bourseiller…). En 1989, il part au Mexique. En 1996, il retourne vivre à Cracovie. L’Amour en Crimée est sa première pièce écrite en français.

La distribution
Michel Bezert : le Petit

Félix Chabaud : Plantin et le Moyen

Yves Guillerault : Blandaimé et le Gros

Mise en scène, bande-sonYves Guillerault

Décors, scénographieFélix Chabaud

Régie lumièresPascale Bezert

Régie sonChantal Chabaud

La mer a été conçue et réalisée par Claude Latat

La Compagnie de la Cordée tient à remercier chaleureusement Tato Jurado et le Théâtre du Hangar (Morsang-sur-Orge -91-) pour leur précieuse et amicale collaboration… qui n’a pas manqué de ressort.

Les représentations
1 10 juin 2005 Fayence (83)
2 11 juin 2005 Fayence (83)
3 22 octobre 2005 Tavernes (83)
4 4 novembre 2005 Veynes (05)
5 11 novembre 2005 Puget-sur-Argens (83) XIV° festival de théâtre amateur
6 14 janvier 2006 St Paul-en-Forêt (83) 
7 28 janvier 2006 St Égrève (38) IX° festival « Festiâtre
8 17 mars 2006 Fayence (83) 1ères Rencontres Théâtrales
9 13 mai 2006 Nice (06) Sélections régionales Festhéa
10 20 mai 2006 La Martre (83) III° Fête du Narcisse
11 25 mai 2006 Gap (05) XXV° Festival Gaby Laboucarie
12 27 mai 2006 Levens (06) XII° festival de théâtre amateur
13 7 juin 2006 Marseille (13) VIII° Rencontres Théâtrales
14 17 juin 2006 St Raphaël (83) 1er Festival « En Aparté »
15 22 juillet 2006 Cavalaire-sur-Mer (83) Festival des Tragos
16 8 septembre 2006 Falicon (06) IV° Falicomédies
17 4 octobre 2006 La Garde (83)
18 20 octobre 2006 Istres (13) IX° festival de théâtre amateur
19 2 novembre 2006 Joué-les-Tours (37) Finale Nationale Festhéâ
20 11 novembre 2006 Sorgues (84) XVI° festival de théâtre amateur
21 25 novembre 2006 Gignac-la-Nerthe (13) XIII° festival de théâtre amateur
22 9 février 2007 Ramatuelle (83)
23 31 mars 2007 La Crau (83) XIII° festival de théâtre « Amathéâ »
24 6 avril 2007 Montauroux (83) IV° festival de théâtre « Fest’ÔVar »
25 30 juin 2007 Draguignan (83) 1er festival « Art Scénic »
26 22 septembre 2007 Mouans-Sartoux (06) V° festival « Lever de rideau »
27 13 octobre 2007 Charleval (13) festival des « Automnales 2007 »
28 28 octobre 2007 Cagnes-sur-Mer (06) VII° Rencontres Théâtrales d’Automne
29 19 avril 2008 Bras-d’Asse (04) XV° Rencontres Théâtrales
30 21 septembre 2008 St Raphaël (83) Journées du Patrimoine
31 27 septembre 2008 Latillé (86) XVII° festival « Festi 86 »
Ces représentations de « Naufrages » totalisent un public d’environ 3100 spectateurs
Les photos
La presse
Lettre de Monsieur Jean-Michel Ribes reçue à la suite de nos trois prix aux sélections régionales Festhéa avec « Naufrages » en mai 2006
Dernière mise à jour effectuée sur cette page : 2018-05-29 à 10:30:25